Réactions des donneurs

Normalement, le don de sang, de plasma ou de plaquettes n'entraîne pas d'effets indésirables. Cer-taines réactions sont néanmoins possibles. Les collaborateurs présents à la collecte s'emploient à les éviter et à les prendre en charge au mieux. Les éventuels frais médicaux supplémentaires encourus par le donneur sont bien entendu toujours couverts par une assurance.

Ecchymose ou hématome

  • Que remarquez-vous ? Une accumulation de sang dans le tissu sous-cutané (ecchymose ou hématome) et parfois une douleur localisée. Les nerfs peuvent être irrités par la pression exer-cée par un gros hématome. La plupart du temps, les ecchymoses et hématomes disparaissent spontanément.
  • Que faire ? Durant les premières heures, une compresse froide peut apporter un peu de sou-lagement. Évitez tout effort important avec votre bras durant les 12 premières heures. En cas de douleur, vous pouvez prendre du paracétamol (pas d'aspirine). Le lendemain du don, vous pouvez appliquer une pommade à l'arnica deux fois par jour sur le site de ponction.
  • La cause ? Une ecchymose ou un hématome peuvent survenir si l'aiguille transperce votre veine ou si une pression insuffisante est exercée sur le site de ponction après le retrait de l'ai-guille. Ils peuvent aussi être dus à la prise de médicaments (aspirine, anticoagulants).

Saignement du site de ponction

  • Que remarquez-vous ? Le site de ponction se remet à saigner spontanément.
  • Que faire ? Retirez le bandage compressif. Appliquez une pression suffisante et prolongée sur le site de ponction. Une fois que le saignement s'est calmé, appliquez un nouveau bandage compressif. Ne faites pas d'effort important avec votre bras durant les 12 premières heures.
  • La cause ? Le saignement peut être dû à l'application d'une pression insuffisante sur le site de ponction, à un effort prématuré avec votre bras ou à la prise de certains médicaments.

Sensation de décharge électrique – Lésion nerveuse

  • Que remarquez-vous ? Vous ressentez une douleur aiguë qui irradie à partir du site de ponc-tion et/ou des picotements ou une perte de sensibilité dans le bras, la main ou les doigts. Les cas de faiblesse musculaire sont rares.
  • Que faire ? Appliquez une compresse froide. En cas de douleur, vous pouvez prendre du pa-racétamol. En général, ce trouble disparaît spontanément. Si la douleur persiste ou augmente, ou en cas de faiblesse musculaire, consultez un médecin.
  • La cause ? Ce problème peut être dû à la sensation de pression sur un nerf du bras, à un hé-matome ou encore à un dommage causé directement par l'aiguille.

Après une ponction artérielle (prélèvement de sang au niveau d'une artère)

  • Que remarquez-vous ?  Lors d'une ponction artérielle, du sang est prélevé au niveau d'une ar-tère. Si le médecin du centre de prélèvement vous a signalé qu'on vous a fait une ponction ar-térielle, il se pourrait que vous observiez un saignement pulsatile et rapide de sang rouge vif, éventuellement avec formation d'un hématome.
  • Que faire ? Exercez une forte pression sur le site de ponction, durant au moins 10 minutes (as-sistant au prélèvement). Une fois que le saignement s'est calmé, appliquez un nouveau ban-dage compressif. Une ponction artérielle bien traitée n'entraîne pas de séquelles. En cas de problème, consultez un médecin. Quels effets pouvez-vous ressentir ? Douleur qui augmente ou gonflement au niveau de l'avant-bras, picotements ou perte de sensibilité dans les doigts, pâleur ou sensation de froid au niveau de l'avant-bras ou de la main. Ne faites pas d'effort important avec votre bras durant les 12 premières heures.
  • La cause ? Cela peut arriver si l'artère du bras ou l'une de ses ramifications a été  piquée acci-dentellement.

Nausées, vertiges ou perte de connaissance

  • Que remarquez-vous ? Vous avez la peau pâle et moite, êtes pris de nausées, avez la sensa-tion d’avoir les jambes en coton ou des vertiges. Il est possible que vous perdiez subitement connaissance, pendant une courte période. Vous risquez alors vous blesser. Certains donneurs peuvent être pris de convulsions (contractions involontaires des muscles) et d'incontinence.
  • Que faire ? Couchez-vous de manière à avoir les pieds plus hauts que la tête (position de Trendelenburg) et placez des tissus froids et humides sur votre tête. Buvez suffisamment d'eau. Évitez les boissons alcoolisées, les repas copieux et les bains chauds.
  • La cause ? Ces réactions au don peuvent être causées par un ralentissement du cœur et une baisse de la tension artérielle. Cela peut se produire en cas de douleur ou d'émotion intense lors du prélèvement, ou à la suite de la diminution du volume sanguin.

Sensation de faiblesse

  • Que remarquez-vous ? Certains donneurs peuvent se sentir faibles après un prélèvement. Si le donneur en vient malencontreusement à faire une chute, des blessures peuvent survenir.
  • Que faire ? Nous vous conseillons de consommer une boisson sucrée après le prélèvement et de vous reposer durant un petit quart d'heure. Cela permet généralement d'éviter de telles ré-actions.
  • La cause ? La sensation de faiblesse est généralement provoquée par une baisse de la tension artérielle. Cela peut parfois entraîner une perte de connaissance ou un évanouissement.

Gêne au niveau de l'estomac ou envie de vomir

  • Que remarquez-vous ? Après le prélèvement, certains donneurs peuvent être pris d’une envie de vomir, ressentir une gêne au niveau de l'estomac ou avoir des vertiges. Cela peut se tra-duire par une sensation de fatigue dans les jambes, un drôle de goût dans la bouche, des pi-cotements dans les lèvres, une sensation de froid ou encore des douleurs à l'estomac ou l'intestin.
  • Que faire ? Couchez-vous de manière à avoir les pieds plus hauts que la tête (position de Trendelenburg) et placez des tissus froids et humides sur votre tête. Buvez suffisamment d'eau. Évitez les boissons alcoolisées, les repas copieux et les bains chauds.
  • La cause ? Les personnes qui donnent du plasma ou des plaquettes peuvent réagir à la solu-tion anticoagulante que nous utilisons pour empêcher le sang du donneur de coaguler durant le don. Cela peut entraîner une carence temporaire en calcium dans le sang, ce qui rend les muscles et les nerfs plus sensibles.

 

      Les sites web de Rode Kruis-Vlaanderen utilisent des cookies qui servent à faciliter au mieux vos visites. À cet effet, nous installons des cookies techniques qui sont nécessaires au bon fonctionnement de ces sites web, ainsi que des cookies analytiques pour mesurer l’utilisation générale des sites web. En poursuivant la navigation sur nos sites web, vous acceptez notre politique en matière des cookies.